NOS PUBLICATIONS

Logo_BlueLyAprès deux années d’exploitation à Paris, Autolib’, le système de location de voitures électriques en libre-service one-way, s’est implanté à Lyon puis à Bordeaux, avant de se développer à l’international. Baptisé BlueLy dans la capitale des Gaules, le service d’autopartage du Groupe Bolloré constitue déjà une v.2 du modèle parisien, et ne veut pas s’en arrêter là.

130 véhicules et 50 stations 

Depuis le 10 octobre 2013, une flotte de 130 véhicules électriques, répartis dans 50 stations, est mise à la disposition des utilisateurs lyonnais pour un tarif à partir de 6€ la demi-heure (en forfait à l’année, dit premium, et hors coût d’abonnement). Les fondamentaux du service d’autopartage parisien de Bolloré ont été repris à Lyon, au point que le non-initié aura franchement l’impression d’un copier-coller entre les deux systèmes.

Et pourtant, alors :

  • qu’on retrouve les mêmes petites voitures au look si particulier,
  • que le principe des stations en voirie est repris, y compris les bornes d’abonnement sous forme de bulles vitrées,

  • et que les règles générales d’utilisation sont similaires (trajets simples dits « one-way », facturation d’un abonnement et d’un coût à la minute d’usage, etc.),

il existe bien des différences entre l’Autolib’ parisien et BlueLy, particulièrement sur la politique tarifaire.

Ces dernières s’expliquent pour partie par le contexte local ou par des choix politiques, mais il est intéressant de les analyser également par rapport aux usages des utilisateurs et à l’incidence de ces usages sur les valeurs du service.

Disponibilité et répartition des véhicules du service BlueLy.

Une politique de facturation différente du modèle parisien

Les paramètres tarifaires ont été modifiés à Lyon par rapport à Paris.

  • tout d’abord, et ceci modérera les critiques sur un coût excessif, le tarif d’abonnement a été significativement diminué : 99€ à l’année contre 144€ lors du lancement à Paris. D’ailleurs, à Paris, les promotions pour réduire ce montant de 144€ ont été quasi continues depuis le lancement, et le montant facial est ramené à 120€ depuis l’été 2013. Contrepartie de cette baisse, le coût à la minute est supérieur d’environ 10% à Lyon, soit 0,20€/minute. Une façon de faire plutôt payer l’usage.
  • d’autre part, le minimum de facturation est passé de 20 minutes sur Paris à 15 minutes sur Lyon. Certes, périmètre et conditions de trafic diffèrent, mais surtout ce choix va inciter à choisir BlueLy plus souvent en l’ouvrant à de petits trajets.

 Trois autres nouveautés, ont également été introduites à Lyon :

  • les réservations sont facturées, aussi bien lorsqu’un usager préempte un véhicule qu’une place de stationnement à l’arrivée : 1€ pour chacune de ces opérations, soit 2€ de plus sur la note à l’arrivée, tandis que ces services sont gratuits à Paris.
  • le montant de la réservation est prélevé même si l’usager annule cette dernière (dans les 30 minutes qui suivent pour une réservation de véhicule, dans les 60 minutes qui suivent pour une réservation de place).
  • enfin, en cas de réservation annulée ou non honorée, un délai de carence de 30 minutes doit être observé avant de pouvoir effectuer une nouvelle réservation.

Module de réservation de l’application mobile du service Autolib’

Une politique de facturation adaptée aux usages réels

Les équipes de Bolloré, qui disposent de statistiques désormais conséquentes, ont assurément reconsidéré la valeur que constitue  la réservation, en décidant de la facturer.

En effet, l’un des atouts majeurs d’un autopartage en stations est tant l’assurance de disposer d’un véhicule au départ, que la garantie de bénéficier d’une place de stationnement à l’arrivée. Cet argument pèse assurément dans la balance lorsqu’il est question de choisir parmi plusieurs alternatives de transport. Cette sécurité s’exerce au travers d’une réservation, désormais parfaitement rodée après plusieurs évolutions successives : réservation sur le site web ou depuis son smartphone, ou encore par un appel téléphonique au central depuis le véhicule.

Lors du lancement à Paris, Autolib’ était une pratique étrangère, voire inconnue, à une majorité de Franciliens. Or les pionniers ont trouvé dans la réservation, la réassurance nécessaire à l’adhésion, voire le motif de laisser son propre véhicule à la maison.

Une politique de facturation limitant les détournements du service

Rien de plus facile à Paris que de s’attribuer un véhicule ou une place de façon reconductible, sans impact sur la facture : il suffit d’annuler une réservation en cours (avant la fin du délai autorisé), l’opération étant gratuite, puis de la renouveler immédiatement ; on bénéficie alors d’un nouveau délai de réservation de 30 minutes pour un véhicule ou 90 minutes pour une place (soit une durée plus large que les 60 minutes autorisées à Lyon !).

Un correctif à cette faille a donc été apporté à Lyon, en même temps que la réservation devenait payante. La peine est double, puisque la réservation est due en cas d’annulation, et qu’il faut attendre 30 minutes pour pouvoir de nouveau réserver. De quoi contraindre à utiliser la fonction de réservation à bon escient.

 

Qu’en conclure ?

Le service Autolib’ semble atteindre une maturité au regard des ajustements récents des tarifs apportés après 2 ans d’exploitation à Paris. Ces ajustements sont révélateurs des enseignements qui ont pu être tirés des usages réels, au-delà des spéculations initiales.

Le coût à l’usage d’un service d’autopartage est un savant dosage entre plusieurs curseurs : tarif de l’abonnement, coûts à l’utilisation (temps, distance parcourue, stationnement…), facturation de services complémentaires, promotions, offres fidélité… Selon le type d’autopartageet les choix faits par l’opérateur sur le fonctionnement, il est possible d’actionner plus ou moins ces curseurs.

Il y a ainsi de nombreuses questions à travailler en amont du lancement d’un service ; à défaut, il devient délicat, voire impossible, de modifier les règles du jeu. Bolloré rendra-t-il un jour la réservation payante à Paris ?

 

Par : David Michelin-Mazéran

Mise à jour le 21/01/2014

 

Pin It on Pinterest

Share This